Espace et Astrophysique est une revue qui, tous les trois mois, vous fera découvrir l’Univers et ses mystères, l’ultime frontière encore à explorer pour le genre humain.

Les connaissances progressent et chaque jour, le cosmos nous est un peu plus familier : Le Big Bang, les trous noirs, les galaxies, les planètes et systèmes solaires sans oublier l’énergie noire ou la matière noire : tous ces thèmes seront abordés avec la plus grande objectivité.

C’est cette formidable aventure que nous voudrions aujourd’hui partager avec vous.

Edition : Optimal


Espace – Interview

Recherche et Cosmos

Nous avons rencontré Denis GIALIS, astrophysicien et Docteur de l’Université J. Fourier, de Grenoble. Ce chercheur est spécialisé en astrophysique des hautes énergies, ainsi qu’en relativité générale appliquée à l’astrophysique. Il étudie les processus d’accélération de particules et les émissions à haute énergie qui en résultent, au sein des plasmas astrophysiques.

Où en sommes-nous de la recherche en astrophysique aujourd’hui ?

Denis GIALIS : Je dirais que l’on peut définir la recherche en astrophysique comme une recherche interdisciplinaire en expansion ! Pour reprendre une idée développée par Michel Serres dans un autre contexte, l’astrophysique est l’archétype d’une science métissée. Jusqu’à la Renaissance, on préférait parler uniquement d’astronomie : les philosophes, mathématiciens et astronomes grecs, babyloniens, égyptiens et chinois s’intéressaient principalement à l’étude de la position des astres qu’ils voyaient dans le ciel. Ils étaient ainsi capables de deviner, par exemple, les dates des prochaines éclipses de Soleil ou de Lune, la position des planètes les plus brillantes, et le ciel étoilé permettait d’établir des calendriers précis régissant la vie dans les différentes sociétés de leur époque. Leurs capacités prédictives étaient uniquement basées sur l’observation de la périodicité de nombreux phénomènes astronomiques observables à l’œil nu. Ils ne disposaient d’aucun cadre théorique leur permettant de comprendre et d’expliquer ce qu’ils voyaient dans le ciel et ils ne pouvaient, de ce fait, créer des liens entre les différentes observations. Par exemple, l’apparition d’une supernova ou d’une comète leur paraissait tout à fait extraordinaire, unique et donc incompréhensible, et l’on sait que l’incompréhension est très souvent source de peur ! Ainsi, de nombreux souverains ont, au cours de l’histoire, interprété comme un mauvais présage l’observation d’un nouveau phénomène céleste…

Vous souhaitez lire l’article complet ? Pour y accéder il vous suffit de vous connecter ou de vous inscrire gratuitement !


La matière noire
peut-elle expliquer l’Univers ?

Les particules de matière noire ne produisent ni ne reflètent ou n’absorbent la lumière. Néanmoins, bien que nous ne puissions ni la voir directement, ni même comprendre sa nature, les scientifiques pensent que la matière noire compose environ 26 % de l’Univers connu, en se basant sur la façon dont la force gravitationnelle interagit avec les autres objets spatiaux. De la même façon que nous ne pouvons pas voir le vent soufflant à travers les branches des arbres, nous ne pouvons voir la matière noire, mais uniquement la façon dont elle affecte ce qui se trouve autour. De ces observations et leur analyse, les scientifiques développent des théories fascinantes sur la matière noire. Si elles s’avèrent exactes, elles pourraient drastiquement changer notre conception de l’Univers.

Vous souhaitez lire l’article complet ? Pour y accéder il vous suffit de vous connecter ou de vous inscrire gratuitement !

 


Voyage dans les « multivers » ou

l’éternelle inflation des mondes…

Dans un livre intitulé « Notre Univers mathématique », le cosmologiste bien connu Max Tegmark fait référence aux idées du philosophe grec Platon, et relate notamment sa longue quête sur la nature fondamentale de la réalité. S’aidant des connaissance les plus récentes en cosmologie et en physique, Tegmark a été amené à formuler une hypothèse époustouflante : l’Univers aurait plusieurs niveaux, et le nôtre n’en formerait qu’une très petite partie !

Vous souhaitez lire l’article complet ? Pour y accéder il vous suffit de vous connecter ou de vous inscrire gratuitement !

 


LA RENAISSANCE DU TEMPS

« Il nous faut marquer une rupture nette, nous lancer dans une nouvelle sorte de théorie, applicable à la totalité de l’Univers – débarrassée de toute confusion, de tout paradoxe et qui éclaire les questions sans réponse. » Lee Smolin.

Claude HESPEL, métaphysicien.

Lee SMOLIN, l’un des grands physiciens d’aujourd’hui, dans son dernier ouvrage édité chez Dunod, expose sa conception du temps et ses implications sur la perception de notre environnement.

Vous souhaitez lire l’article complet ? Pour y accéder il vous suffit de vous connecter ou de vous inscrire gratuitement !